mercredi 22 mars 2017

Une Bouteille à la France.

Bonjour à tous,

Et re-bienvenue sur le blog le moins actualisé et contribué de l'histoire des blogs toutes catégories confondues, victime de la suffisance poids-lourd de son rédacteur, grand dadais avec un poil dans la main encore plus grand que lui.

Quoi de mieux comme retour qu'un "billet d'humeur" par ce beau jour de début de printemps, plein de gaieté et ensoleillé? Muse de ce come-back rédactionnel précipité.

Je vais t'éviter mon tour de piste d'excuses habituelles d'absence de créativité, et en venir directement aux faits.

Il y a quelques jours, entre deux vidéos inutiles d'un chat obèse enrhumé et d'un chien qui fait du skate déguisé en Loana sur Facebook, comme plusieurs Millions de Français, je suis tombé sur ça:




Inutile de te dire que pour passer après ces deux minutes de clairvoyance et de légèreté, j'ai la pression. Je dois te l'avouer.

Pression alourdie par le thème du sujet, car OUI, l'heure est grave, comme tu peux t'en douter. Aussi grave d'ailleurs que ce titre aussi métaphorique que prétentieux , mais quand on fait son retour en grandes pompes mon pauvre ami, il faut bien parfois en assumer la pointure.

Ndlr: J'ai d'ailleurs hésité avec "François le Français", mais ce prénom est en ce moment un peu connoté...et le costume à paillettes faisait un peu cliché.

Il est donc question des futures Elections Présidentielles, qui ont actuellement à peu près le niveau de celles de tes vieux délégués de classe, pendant tes plus grandes années de lycée.

Avant donc que les spécialistes ne me sautent au cou, cet article n'est pas une ode à la politique ou une quelconque incitation idéologique quelque soit son bord. Je laisse ça aux gens cultivés et à ceux qui croient l'être. Cet article ne sera qu'un humble sentiment, ou un appel à la réflexion personnelle.

Dans ce cas là, "Pourquoi une Bouteille à la France? Me direz-vous...Et comme dirait un ancien tonton flingueur de la République Française "Je vous ai compris".

C'est en fait assez simple. Je suis un citoyen, mais alors le vrai, tout ce qui se fait de plus lambda, un mec "mainstream" quoi, comme dirait pompeusement mes confrères du métier de la communication, mais là je m’éloigne.

Pour revenir à nos moutons, puisque j'en suis un, mais ça je viens de le dire. Vous l'aurez compris ce titre est un clin d’œil à la bouteille, celle jetée à la mer (et non celle autour de laquelle sont portées mes convoitises du week-end) image subtilement liée au poids médiatique que je représente, celui qui ne fait pas broncher ma balance sociale, encore moins que celle qui prend la poussière de ma salle de bain.

Ne voyez donc aucune prétention de donneur de leçons dans cette expression libre, mais juste un espace de partage, un point de vue qui je l'espère crèvera l’abcès à l'approche des échéances citoyennes qui arrivent, et qui m'inquiètent tant.

Comme beaucoup d'entre vous ou d'entre nous, puisque nous sommes tous dans le même bateau, bloqués aux commandes sans savoir sur quel bouton appuyer pour le dérouter de l'iceberg trônant fièrement devant nous. Je suis perdu et sans solution.

Perdu parmi ce fouillis d'informations quotidien. Entre affaires d'Etat, quel que soit son champion, traitements médiatiques partiaux, et communication des différents partis plus ou moins relayée et écoutée en fonction du budget de ces derniers. Le tout jugé en bout de course par la plupart d'entre nous uniquement sur l'aspect visuel du candidat ou par l'image qu'il véhicule, entre rigueur de mise en plie, position de cravate , rumeurs et prix du costume de chacun. Sans évidemment rentrer dans les détails pour n'égratigner aucune sensibilité, vous l'aurez noté.

Car ne nous mentons pas, il est rare l'honnête citoyen qui décortique les fameux "programmes" hormis celui du Télé 7 jours, celui qui trône sur la table basse, et que tu regardes en sortant de table avant de t'endormir le ventre plein dans ton canapé, avec en fond sonore ta série préférée.

Comme je le dis souvent, je serai curieux d'entendre à la barre, n'importe quel votant de France et de Navarre, défendant pendant 5 minutes montre en main, le candidat ou les idées qu'il prétend être les siennes. Je parle bien entendu sur le fond, et non sur la forme, tout le temps caricaturale et caricaturée.

D'où là mon sentiment. Pourquoi ne pas encourager ou voter pour des valeurs qui nous sont propres, celles qui nous représentent. Celles qui représentent notre passé, notre présent et notre futur. Et non pas des idées arrêtées, stigmatisées par nos croyances, celles de nos anciens,  par notre portefeuille et surtout par nos peurs.

Nous vivons dans une société qui est persuadée que "C'était mieux avant", dans laquelle "Tout va mal" enfermée dans l'ignorance de la chance que nous détenons à vivre dans un bouillon de libertés, diverses et variées.

Bref, enfonçant une porte ouverte, mais finalement pas si ouverte que ça. L'idée serait d'accepter de vivre avec les changements d'aujourd'hui, qu'ils soient sociaux, ethniques, religieux ou politiques. D'accepter cette multi-mixité, et d'en faire quelque chose de bien.

Être tous sûrs et fiers de ce que nous sommes, de notre jeunesse, et de ce que nous représentons.

Alors concrètement que faire? Telle est la vraie question. A qui apporter son soutien? Libre à chacun. Mais pourquoi ne pas y apporter en parallèle un message vecteur d'un vrai mouvement citoyen? Venant mener à bien notre devoir d'électeur, mais contestant ces interminables conflits puérils de pouvoir politique auxquels il appartient, qui n'ont d'égal que la division sociétale qu'ils engendrent.

Alors je sais bien que le jardin de notre société n'est pas aussi fleuri que le sont ces quelques lignes, et l'actualité en est malheureusement le parfait reflet. Mais nous pouvons peut-être voter ainsi pour qu'il garde le plus de fleurs différentes possibles, pour éviter qu'elles ne fanent, ou qu'elles ne prennent toutes la même couleur.

Prenant mon courage à deux mains, je déposerai donc une bouteille pleine d'espoir, libre et citoyenne devant mon bureau de vote au jour du premier tour, le Dimanche 23 avril, à titre symbolique et de tout mon cœur.

Espérant qu'un jour elle trouvera preneur.

#UneBouteilleàLaFrance

Laurent Maffre.


Crédit photo: Morgan Cuquel

Aucun commentaire:

Publier un commentaire